Tétras-lyre

Attiré par le chant de parade d’un tétras-lyre, je l’ai rapidement repéré juste au dessus du sentier de Vendes. Normalement, les tétras paradent au printemps. Celui-ci est en avance, ou à l’entrainement… Un congénère l’observait d’ailleurs depuis un mélèze juste au dessus de moi. Après quelques minutes de rotations, il a fini par s’envoler dans la forêt.

Tétras-Lyre

Tétras-Lyre

Tétras-Lyre

Tétras-Lyre

Il est facile de les observer depuis le chemin, inutile de les déranger en sortant des itinéraires. C’est d’ailleurs sur ce même chemin que j’ai pu observer les traces d’un autre tétras-lyre vers Vendes. Il a picorer quelques feuilles, posé une crotte et décollé (traces des ailes dans la neige).

Avec les premières neiges et le froid, la gouille de Vendes est maintenant gelée.

 

L’automne dans le Val des Dix

Les premières neiges font une apparition timide. Les lagopèdes sont en train de changer de couleur. Ici une femelle qui trotte sur le chemin.

Lagopède femelle

Son compagnon n’est pas bien loin. Ils picorent de concert, accumulant des réserves pour l’hiver qui vient.

Lagopède mâle

Un pic épeiche tambourine sur un vieux mélèze. Lui aussi accumule du gras pour la saison froide.

Pic épeiche tambourine

Et les chamois mâles commencent à se jauger. Le rut débute, les courses effrénées dans les pâturages vont rythmer les prochains jours.

Chamois au début du rut

Car la neige n’est pas bien loin, ici sur la pointe de Vouasson au coucher du soleil. La demi-lune glisse lentement des Darbonires vers Vouasson, un beau spectacle teinté de couleurs automnales en ce début novembre dans le val des Dix.

La lune sur Vouasson

Entre l’aigle et le photographe…

… qui observe qui? Je pensais avoir été repéré par des casse-noix ce matin, ils poussaient frénétiquement leur cri d’alarme. Et pourtant, surplombant le val des Dix, je pensais être bien caché. Ces cris n’étaient pas pour moi, mais pour signaler ce jeune aigle, qui s’est perché dans un vieux mélèze desséché.

Puis il a repris son vol, tournoyant juste devant moi. Je l’ai alors pris en photo dans cette belle séquence de planés tournoyants. Ce n’est qu’en découvrant les photos sur écran que j’ai constaté que cet aigle ne m’a presque pas lâché du regard. Alors qui observe l’autre, l’aigle ou le photographe? Les deux, sans aucuns doutes!

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

Aigle

 

Brame du cerf à Mandelon

Les cerfs brament encore à Mandelon, mais on entend bien que cette période arrive à son terme. Pour ceux qui font l’effort de se lever tôt, il y a encore de belles observations à faire. Mais c’est surtout un spectacle sonore de toute beauté qui se joue ici à l’aube.

Cerf qui brame, Mandelon

Avec ma collègue Céline, nous guidons encore des groupes ce week-end, puis nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour entendre à nouveau ces brames rauques à Mandelon.

Cerf à Mandelon

Premières neiges aux Audannes

Elle est arrivée ce vendredi 16 septembre la neige. Malgré cela, la randonnée d’Anzère jusqu’à Crans-Montana, avec une nuit à la cabane des Audannes s’est bien passée pour l’entreprise BRS. Et c’était le week-end du menu chasse à la cabane, Karine et son équipe nous ont préparé un repas incroyable.

Le samedi était encore nuageux, mais dimanche le temps était splendide.

Longue descente jusqu’au lapié de Ténéhé dans la neige, puis sur un chemin gras et bien glissant jusqu’à Lourantse. La suite, par le bisse du Ro semblait alors presque trop facile. Mais cette longue journée autant en distance qu’en dénivelé, a bien fatigué cette sympathique équipe qui a toujours eu beaucoup d’humour!

 

Séminaire à Arolla, journée guidée par rando-herens.ch

Séminaire EMBO à l’hôtel Kurhaus d’Arolla, les accompagnateurs de la vallée ont guidé sur deux itinéraires différents la cinquantaine de participants pour leur journée “découverte de la région”.

 

Au programme, une boucle en direction du lac Bleu par la vallée pour le groupe “randonnée tranquille”, une autre boucle via la cabane des Aiguilles-Rouges et le même lac pour les marcheurs aguerris.

La belle forêt de mélèzes et d’Arolle a offert un peu d’ombre aux randonneurs pour cette belle journée de fin août.

Magnifique vue sur le fond du val d’Arolla depuis le lac Bleu, une journée ensoleillée et chaude, pour continuer un été exceptionnellement sec.

Traces d’archosaures à Emosson

C’est parti pour découvrir les plus anciennes empreintes de vertébrés en Suisse.

Sur le site des dalles à empreintes du Vieux-Emosson, des géologues et des accompagnateurs en montagne sont sur place jusqu’au 21 août pour vous faire découvrir l’histoire de ces archosaures qui ont foulé une plaine sableuse il y a 240 millions d’années.

Les empreintes des pattes, mais également les ridules de courant sont bien visibles dans ce grès.

J’y serais les 7, 8 et 9 août. Venez nombreux en profitant de faire une halte bienvenue à la cabane du Vieux-Emosson.

 

Tour du Mont Blanc

Joli tour du Mont Blanc, encore relativement calme fin juin. La neige n’était presque plus présente, sauf ici au col des Fours.

La météo était clémente, quelques nuages en passant de la Savoie à l’Italie par le col de Seigne.

Grand beau pour les derniers jours depuis Courmayeur, avec ici une belle vue sur le Mont Blanc depuis le Val Ferret Italien.

Le fond du Val Ferret Italien, bordé par les Grandes Jorasses., une des plus belle vue du tour.

Fenêtre avec vue, sur le Dolent avant de passer le Grand col Ferret, porte d’entrée de la Suisse.

Avant dernier jour, superbe accueil à Bovine par Nathalie et son équipe. Santé et bonne fin de tour du Mont Blanc!

Derborence et ses Sabots de Vénus

Randonnée sur les hauts de Derborence, jusqu’à la Chaux, un alpage à mouton au Sud du lac. Depuis le sentier, belle vue plongeante sur le site.

Les pinsons des arbres m’ont accompagné durant toute la montée, ils étaient aussi présents à la descente.

Plus bas, les dentaires à cinq folioles étaient éclairées par les rayons du soleil, absents à la montée. La température était déjà élevée pour fin mai, heureusement que la montée était à l’ombre.

Une météo déjà bien chaude pour la saison, les sabots de Vénus, une orchidée, sont déjà en fleurs. Elles sont visibles depuis le sentier qui monte au lac par le Sud. Inutile d’aller piétiner la réserve intégrale pour les voir: c’est non seulement interdit, mais aussi inutile. Il suffit d’ouvrir l’œil, ou de demander à Stéphanie, qui garde la réserve, où elles se trouvent!